• PARIS, 13 fév 2018 (AFP)

      L'hôpital est "au bord du burn-out", a estimé mardi le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, en demandant qu'on "revoie son mode de financement", qu'on "entende le mal-être des soignants" et qu'on "arrête de gouverner" les établissements "par circulaires". 

          Interrogé sur France 2 sur le malaise qui s'exprime dans les hôpitaux et sur le plan de "transformation du système de santé" dont les premières pistes doivent être dévoilées ce mardi par le gouvernement, le numéro un de la CFDT a jugé que le système devait être "revu et corrigé". 

          "J'entends bien les soucis d'économies" mais "on parle de santé", a observé le responsable syndical. "Il faut revoir le mode de financement de l'hôpital, revoir son articulation avec la médecine de ville" et "il faut davantage de moyens parce que la population vieillit", a-t-il détaillé.

          La tarification à l'activité (T2A) "est aujourd'hui une impasse, on le sait" et "l'hôpital est au bord du burn-out" parce qu'"on a trop traîné" sur le sujet, a déclaré Laurent Berger. "L'hôpital souffre aujourd'hui de ne plus avoir de sens". 

          "Il faut entendre le mal-être des agents", "leur donner la possibilité de s'exprimer sur l'organisation du travail" et de "négocier" sur ce thème, a souligné le responsable syndical, en évoquant des "problèmes de management" et en demandant qu'on "arrête de gouverner l'hôpital par circulaires, par injonctions".

          Aujourd'hui, il y a de "moins en moins de postulants dans les concours d'aides-soignants" parce que "ça ne fait plus envie", a dit M. Berger, en plaidant pour une revalorisation des métiers. La CFDT "propose" pour ces agents le passage de la catégorie C à la catégorie B pour rendre le métier plus attractif, a-t-il ajouté.

     

    Je me souvient encore de ces périodes où les PC investissaient les Hôpitaux. PC aux grilles de tarification à l'acte, que je refusais de remplir, jugeant ma pratique auprès des malades plus importante que le codage de nos gestes. En effet, ces derniers entraînent, pour moi, une perte de temps, et un risque de maltraitance. Déjà qu'externe, il fallait combler le manque de brancardiers, secrétaires, infirmiers, et aides soignants, alors, si en plus, il fallait qu'on se coltine le remplissage de grilles débiles pondus par des industriels de l'agro alimentaire, on allait tout droit à la maltraitance. 20 ans plus tard, je suis fier d'avoir sû résister à cette pression et à ces directives absurdes. Mais combien ont touchés, comme salaire, ces fonctionnaires des "directions régionales de santé", bon Dieu?! De quoi remplir le trou de la sécu pour les siècles à venir!! La T2A, encore un bel exemple de gaspillage de l'argent publique!! Et il a fallut 20 ans pour se rendre compte de ce que nous avions déjà analysés, nous autres , sur le terrain!  IL faudrait vraiment être naîf au dernier degré pour accepter le fait du hasard dans une affaire pareille? Mais si on évoque une quelconque fomentation ourdie par collusion entre Ministères, Lobbies, et Marchés financiers, on évoque la "Théorie du complot",et on va être targué de parano......Ou alors cela n'est il que le fruit d'une incompétence au plus haut niveau de l'institution "Santé" en France? Impressionnant quand même, que pour avoir voulu faire des "économies", on ait, tête baissée, plongé dans une dépense publique en mesures absurdes, inutiles, voire pire, maltraitantes!!!

    Au pays de Descartes, je vous laisse juge......

    Delenda Carthago

    Docoach

     


    votre commentaire
  •  

     

    Voici une étude qui plaira aux épidémiologistes et statisticiens.

    Double aveugle, tirage au sort, contre placebo.

    La triade suffisante et nécessaire pour asseoir un argument d'autorité.

    Et un échantillon de plus de 100 "patients-cobayes", on ne pourra pas dire que c'est "la fameuse étude sur un cas"

    Seulement voilà, maintenant, il faut la lire en détail, car elle érode sérieusement certains concepts qui servent de base pour soigner les séniors dans les maisons de retraite: la complémentation en proteînes.

    Acta Med Indones. 2017 Oct;49(4):324-329.

    The Effect of Ophiocephalus striatus Extract on the Levels of IGF-1 and Albumin in ElderlyPatients with Hypoalbuminemia

     "Extract group was given 10 g (2 sachets) Ophiocephalus striatus extract per day, while control group was given 10 g maltodextrin (2 sachets) per day for for 14 days. "

    Seulement 10 grammes de ce sympathique poisson ont étés ingérés par jour.

    Cela ne représente certainement pas la quantité de proteines qu'on conseille habituellement,et presque aveuglément (1g/kg/jour, soit au moins 60 grammes pour un adulte de 60kg par jour) pour lutter contre la dénutrition, et ce n'est certainement pas ce qu'on préconise dans les régimes hyperproteinés pour perdre du poids en conservant le muscle.

    "OS contains amino acids, fatty acids, minerals, and vitamins, hence its various benefits include antioxidant and antiinflammatory, in addition to its role as protein source."

    C'est très intéressant de voir à quel point l'état inflammatoire, et donc sa récupération par l'apport massif et combiné d'anti-inflammatoires naturels (j'insiste sur "naturel" pour l'opposer aux molécules chimiques anti niflammatoires souvent chimiques , stéroïdiennes ou non, qu'on peut prendre lorsqu'on a "mal au dos", par exemple. Attention, on n'est pas du tout là dans le même registre) conditionne l'état nutritionnel.

    Voilà pourquoi l'apport "entier" d'un animal marin (je crois qu'il est proche du marsouin, ce sympathique poisson) permet d'agir d'une manière synergique, et non plus dans la complémentation ciblée, qui souvent ne fonctionne pas à des âges avancés, ou dans toute situation de stress chronique dans lequel se combine excés d'oxydation et excès d'inflammation.

    Résultat de recherche d'images pour "ophiocephalus striatus"

    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:FMIB_47128_Ophiocephalus_striatus,_India.jpeg

    Certains laboratoires , ici en France, ont reconnu, et utilisent ce "principe". Sans faire de publicité, Pileje présente, par exemple, avec Proteochoc, une molécule marine, dont l'action est renforcée par les "bonnes graisses" et les vitamines du groupe A. Ce qu'on pourrait lui reprocher, c'est qu'il n'y a pas de détails préçis quant aux minéraux et oligo-éléments qu'apporte l'algue qui est au coeur de leur préparation (porphyra umbilicalis, pour ne pas la citer).

    Est ce que la micronutrition nous apporte une compréhension globale de la nutrition? Je ne pense pas, car la déviance actuelle, est encore, malgré les apparences, de privilégier un enseignement encore et toujours "saucissonné". Mais les fabricants , qui ont intérêt à produire un "complément" efficace, sur le long terme, ont-à mon avis-une bonne longueur d'avance de compréhension. (si ce laboratoire est côté en Bourse, je vous invite à prendre quelques actions.....)

    Pour en revenir à l'esprit de Globalité qui doit préluder à la reflexion lorsqu'il s'agit d'apporter quelque chose qui, en apparence, "manque". C'est d'ailleurs ce que proposait Tétau avec sa lithothérapie déchélatrice. Ne rien apporter, mais plutôt rendre à nouveau disponible dans le pool biologique, l'élément ou les éléments qui apparaissent comme déficients.

    Plusieurs auteurs, non médecins avaient bien pressenti cette notion, comme Dextreit, Lasserre ou encore Quinton. Encore un produit issu des Océans, pour ce dernier. Ce détail ne peut nous laisser indifférent. Il y a là un mystère qui n'est pas encore levé. Un poisson, une algue, de l'eau de mer........A chaque fois l'aide salvatrice vient de ce qui rempli les 3/4 de notre planète. Est ce vraiment un hasard?

    Je rajoute que , dans mon expérience, j'ai souvent accompagné des cancers par l'utilisation de ces types de remèdes. Attention, je ne dis pas que le cancer a été vaincu par ces remèdes (qui n'en sont pas officiellement), mais, à chaque fois, j'ai pû ainsi éviter la cachexie mieux que ne l'ont jamais fait les cubes de proteînes, remboursées, mais inbuvables......That's another story.

    Voilà donc une étude qui pourrait faire repenser un peu l'enseignement de la Nutrition à nos collègues enseignants à la fac de Médecine...... On peut toujours rêver.....

    Docoach

     


    votre commentaire
  •  

    Les maux de tête, qu'on nomme souvent, par abus de langage, "migraines", sont des motifs de consultation très fréquent en Médecine.

    Souvent les malades sont passés par les mains des neurologues, ou des rhumatologues, parfois par celles de nos confrères en Médecine Interne.

    L'apport de la Médecine Manuelle est alors salvatrice.

    une à deux séances suffisent le plus souvent pour apporter un mieux, voire pour faire disparaître totalement les douleurs.

    J'en suis d'ailleurs souvent plus que satisfait, moi qui ai un background de médecine allopathique, période pendant laquelle je voyais les malades traîner leurs maux de tête pendant des années, passant de spécialistes en spécialistes, sans trouver de solution rapide et durable.

    Depuis que je manipule les malades qui souffrent de maux de tête, je les "guérit"! Prétentieux ? Non, factuel!Je ne parle pas, à dessein, du cadre nosologique particulier de la Migraine, avec un grand "M", même si dans ce cas de figure, les résultats sont aussi très intéressants. 

    Le motif de plainte "mal de tête" est un cadre gigantesque d'investigations.

    Sur le plan Universitaire, il faut avant tout éliminer la Tumeur cérébrale ou la maladie de Horton,entre autres joyeuseries , hélas, et on sait très bien le faire par l'accès à l'imagerie et aux prises de sang. Les rhumatologue apprécient de dépister Horton, les oncologues de dépister la tumeur, et les internistes de dépister l'artérite auto immune rarissime au pronostic fatal. On peut les comprendre,ils ont la passion de la Maladie, avec un grand "M". Il en faut pour tous les goûts. Bref, après avoir écumés les spécialistes, le malades sont heureux de savoir que leur problème n'est pas grave, mais, ils continuent néanmoins à souffrir.......Heureusement les centres anti douleurs sont là, même si complètement overbookés......trois mois pour prendre rendez vous quand on a mal, ça donne pas un crédit monstrueux au titre "centre anti-douleur".......

    Mais passons.

    Depuis que je manipule mes malades en Médecine Manuelle, les maux de tête s'apaisent enfin, les patients "revivent", pour reprendre leur expression. 

    J'ai moi même un passé de migraineux. Je me souvient encore de ces foutus dimanche où il me fallait passer la journée dans le noir et au calme, avec un passage sous l'eau froide régulier pour arriver à calmer les douleurs sans vomir....... En ce qui me concerne c'est l'Homéopathie qui m' a sorti de là, ainsi qu'une attention particulière à mon alimentation. Mais j'aurai été heureux de connaître la Médecine Manuelle à ce moment, vu les résultats que procure la Technique sur les malades que je soigne.

    Une séance suffit le plus souvent sur le plan de la douleur .Mais la vie étant chargée de facteurs soit déclenchants, soit qui entretiennent le mal,  plusieurs peuvent être nécessaires. Il n'y a aucun mal à les répéter. Bien au contraire. le Praticien à très souvent bien moins de travail à faire lorsqu'il s'agit d'un soin chronique que lorsque le mal est là depuis longtemps et qu'il a eu tendance à s'enkyster.

    De plus en plus de mutuelles remboursent ces soins, donc il est intéressant de se rapprocher d'elles pour envisager un traitement de ce genre, lorsqu'on a tout tenté sans succès par ailleurs. Je ne peux les citer toutes, mais voici une liste non exhaustive et peut être pas forcément à jour (récolté auprès des patients ces dernière années!)dans laquelle vous trouverez peut être (mtrl, ag2r La Mondiale,novia mutuelle, ccmo, eca, malakoff mederic , runica mutuelle, , dolce mediasanté plus, groupe henner,, mfif, mutuelle générale de paris,, mutuelle verte, axisalians, myriade mutuelle,  Lla compagnie des femmes, ipselia,......)

    C'est vraiment dommage qu'on n'enseigne pas à la faculté de Médecine l'approche Manuelle de la Medecine.

    Les mains représentent un réservoir de soin que tout bon professionnel de la santé devrait développer au cours de son cursus, puis entretenir et perfectionner au cours de son exercice. C'est mon opinion. Pas très à la mode dans les facultés, c'est certain. Encore moins dans les hopîtaux,......Toucher, ça prend du temps. Même magnétiser,ça prend du temps. Les oncologues ne crachent pourtant pas sur les "barreurs de feu", pour éviter les excès de rayonnements au cours des radiothérapies......

    A propos du magnétisme il faudra que je rédige un post une autre fois. C'est un sujet très intéressant, dont les résultats valent la peine de s'y pencher, et dont la mise en oeuvre peut tout à fait s'inscrire dans un projet de soin. (aye, l'hérésie!!)

    Docoach

     


    votre commentaire
  •  

    Le fructose, vous savez, c'est ce sucre, qui ne vient pas du fruit, comme son nom le laisserait paraître, mais plutôt du sirop de maïs.

    Il est très souvent montré du doigt comme étant un sucre dangereux, source d'insulino résistance.

    Cette information n'est d'ailleurs pas clairement démontrée chez l'homme.

    Obes Facts. 2017;10(4):332-340. doi: 10.1159/000476069. Epub 2017 Aug 5.

    Effect of Restriction of Foods with High Fructose Corn Syrup Content on Metabolic Indices and Fatty Liver in Obese Children.

    Il semble que son éviction permette de limiter l'évolution vers le "foie gras", ce qu'on nomme en terme technique, la stéatose hépatique.

    Cette étape, d'ailleurs, est le prélude à une pathologie très à la mode en ce moment: ce qu'on nomme la NASH: non alcoolic steatose hepatic, elle même le prélude à la cirrhose non alcoolique, dont l'augmentation serait un signe du temps.........et de la "malbouffe" contemporaine.

     

    Bref, tout ceci mis de côté, il semble bien que le Fructose transforme rapidement nos reflexes d'ingestion de nourriture.

    C'est d'ailleurs assez étonnant qu'on trouve relativement peu d'études pour un effet qui n'a certainement pas échappé aux grands vendeurs du secteur "bad-food"!! 

    c'est un petit signe assez amusant de voir à quel point les pro du commerce s'appuient davantage sur les faits, ou encore "l'empirisme" si méprisé par les médecins et autres pseudo scientifiques, qui attendent encore une étude peremptoire , parfois simplement pour prouver que l'eau ça mouille.........

     

    L'étude qui suit est assez probante, même si elle est relativement "petite" (nombre de participants inf à 20), sur les effets du Fructose sur notre métabolisme.

    Obesity (Silver Spring). 2018 Jan;26(1):141-149. doi: 10.1002/oby.22068. Epub 2017 Nov 28.

    Energy Expenditure and Hormone Responses in Humans After Overeating High-Fructose Corn Syrup Versus Whole-Wheat Foods.

     

     

     

    Dans l'étude suivante qui consista à tracer sa présence dans le corps depuis la bouche jusqu'au foie, il semble que la dose au delà de laquelle, en moyenne, il présente une surcharge de travail pour le foie, se situe à 1g/kg. Autrement dit, si vous pesez 60 kg plus ou moins, 60grammes de fructose suffisent à dépasser vos capacités intestinales de filtre pour mettre en "overload" votre foie.

    60grammes ça représente un verre de jus d'orange matinal, à peu près. Avouez que ça va très vite sur une journée......

     

    Cell Metab. 2018 Feb 6;27(2):351-361.e3. doi: 10.1016/j.cmet.2017.12.016.

    The Small Intestine Converts Dietary Fructose into Glucose and Organic Acids.

     

    Autrement dit , il en faut vraiment peu pour rendre excessif l'apport alimentaire, avec le Fructose.

    Il semble bien qu'il faille pister dans nos courses les aliments préparés dans lesquels le Fructose est rajouté.......si on souhaite garder la santé bien entendu!

    Docoach

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    C'est un fait.

    Et ça va continuer.

    100% des internes compétents sont autodidactes. 

    Leurs compétences, ils les doivent à leur pugnacité à aller chercher les informations dans les bouquins(et à prendre le risque de les appliquer aussi bien que possible!) plutôt que par la formation de leurs pairs.

    Ce système fallacieux de formation, cette parodie d'enseignement atteint désormais des sommets de danger pour le malade.

    Une preuve (plusieurs preuves) en serai(ent) tous les diagnostiques non fait sur les malades qui passent dans les services d'urgence, que je récupère depuis 15 ans dans ma pratique de ville (fracture luxation de cuneiformes, fracture 5 parts de l'extrémité de l'humerus, fractures multiples des métacarpiens, j'en passe.....).

    A une période où la Technicité a augmenté de 300% (on ne cesse de nous le répéter que nous sommes au sommet à ce niveau), et où le risque médico-légal est de plus en plus engagé comme aux US, c'est CRIMINEL de SOUS-FORMER notre personnel soignant.

    Au lieu d'en faire des Experts de leur Art, ce qu'attends désormais le Public Français, et de manière LEGITIME à notre époque, ils sont clairement SOUS FORMéS, voire parfois formés à être dangereux, manipulant des drogues dont il ne maîtrise pas les effets secondaires ou collatéraux.

    En plus d'être livrés à eux mêmes dans des situations d'urgences vitales pour les malades, on les implique dans des domaines NON-MEDICAUX.

    En effet, les impliquer, en sus, dans la Précarité (qui n'a strictement rien de médical à mes yeux!) ou la gestion du grand Banditisme (même remarque!), les entraîne insidieusement vers une logique d'auto-dépréciation et d'épuisement. Pas étonnant que les suicides chez les Internes soient en nette hausse.

    Seuls les Doyens,Vieilles Barbes, et autres "Pas loin de la Retraite" se moquent comme de leur dernière chemise de cette situation, pour laquelle ils estiment laconiquement "que de notre Temps c'était pas très différent".........Forcément, si on laisse les Déments à des postes de direction au sein de l'enseignement Universitaire en Médecine, les malades qui consultent n'ont pas fini de prier pour en sortir vivant!

    L'Université de Médecine forme des Incompétents. S'il est légitime que les malades qui réchappent par miracle de leur Incompétence, soient en droit de les convoquer devant les Tribunaux, il me paraît VITAL que les Internes en fassent de même désormais avec leurs Pairs. Vraiment, là, il y a danger.

    Pensez seulement un instant qu'un malade qui arrive dans une situation d'urgence vitale en face d'un Interne qui ne maîtrise pas sont Art, soit un MEMBRE de VOTRE famille. Dans un cas pareil, toi, mon collègue Interne, il faut que tu sois "Expert", "Opérationnel", bien dans tes bottes et dans ta tête, P.tain!!! 

    SURTOUT A NOTRE EPOQUE, en ce moment MEME.

    INADMISSIBLE!!!

    Docoach


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires