• ACNE

     

    Pourquoi sommes nous si efficaces, dans l'acné, en Homéopathie?

    Dame, pour plusieurs raisons:

    -primo car nous considérons l'individu comme un tout, et que, par l'intermédiaire de nos remèdes Homéopathiques, nous en tenons compte !

    -deuxio, car nous avons la chance d'avoir le bénéfice de l'expérience de nos prédecesseurs, et la nôtre pour affiner notre prise en charge.

    -tertio, car la connaissance du patient précède la bonne prise en charge de cette pathologie

     

    Quelles que soient les explications, il est évident que l'acné, (tout comme tous les problèmes de peau) est une pathologie dont les troubles nerveux sont centripètes: c'est l'aspect qui altère la psychée, et non l'inverse, comme c'est souvent présenté, hélas, terminant de culpabiliser souvent des adolescents(tes) qui font des efforts déjà colossaux pour appliquer crèmes ou régimes alimentaires en pagaille......

    On a souvent des résultats d'autant plus intéressants que dénués d'effets secondaires.  Ce dont on ne peut pas dire, hélas, des remèdes allopathiques, dont les moins agressifs sont peu probants pour ne pas dire nuls, et dont les plus agressifs nécessitent de prudentes précautions d'emploi.

    Il y a parfois des acnés particulièrement rebelles, qui nécessiteront des drainages. Là aussi, on peut compter sur certains remèdes Homéopathiques pour s'en charger. Mes préférés restent Solidago, Cardus mariannus, lappa major, chelidonium, ou encore primula obconina, ....... Les drainages sont une partie de l'Homéopathie qui n'est pas abordé du tout par certaines écoles, les méprisant en pretextant qu'ils échappent à la loi de similitude et qu'ils sont utilisés plutôt par leurs propriétés phytothérapiques. Difficile de faire la part des choses, car, tout comme l'Arnica, certaines dilutions (les basses notamment) peuvent entraîner une certaine confusion dans l'application de la méthode Homéopathique. Mais quelles que soient leur dilution, le principe de "ne pas nuire" est respecté, et l'efficacité est souvent au rendez vous.

    L'étude tempéramentielle est aussi amusante et très intéressante à analyser: ainsi Alumina, Silicea, Calcarea carbonica bénéficieront volontiers d'un drainage colique, alors que Sulfur iodatum, Sulfur ou encore Natrum muriaticum auront davantage de résultats avec un bon drainage rénal, et pancréatique, pendant que nos Sepia, Ambra Grisea, et autres Phosphorus et Lycopodium auront plutôt intérêt à drainer le foie, et que notre Arsenicum sera bénéficiaire d'une relance surrénalienne. Il y  là toute une gamme de draînage amusante, mais ô combien efficace à mettre en oeuvre en fonction de la constitution du chacun. Nous avons là une grande variété de souches minérale ou -le plus souvent-végétale, dont il ne faudrait pas se priver sous pretexte que "c'est du drainage".

    D'ailleurs, une partie des échecs vient de la discordance entre les remèdes de fond et les remèdes de drainage. Si les premiers ne sont pas bien trouvés, on a de grandes chances d'échec pour les seconds.  D'où l'intérêt de connaître à fond ses patients. Et pour ça, il est toujours un peu délicat d'en espérer autant en une seule consultation, sauf dans les "cas d'écoles", représentés par les consitutions pures. Chaque Homéopathe éprouve toujours un grand plaisir lorsqu'il/elle est en face d'un Sulfur typique, ou d'un Sepia caractérisé. Combien alors les remèdes satellites coulent de source, et combien la vision de nos patients sur le long terme s'éclaire ! je m'égare un peu ici dans le domaine de l'anticipation, de la médecine réellement préventive que permet l'approche de l'Homéopathie.  Quel gain de temps, au final, par exemple, pour déterminer avec une peu d'avance-qui ne peut pas nuire!-quels seront les différents systèmes organiques ou fonctionnels à investiger et/ou à protéger.

    De ce point de vue, l'acné s'inscrit souvent dans un premier contact avec l'Homéopathe, et c'est un peu dommage, car la connaissance de son jeune patient bien avant l'apparition de son acné, par des consultations antérieures de suivi régulier, peut éclairer sur le terrain et la constitution, orientant le praticien vers le bon remède Homéopathique. La suite est une cascade heureuse de soins efficace. On touche là un domaine complètement hermétique pour la pensée des caisses d'assurance maladie. Mais, comme je l'avais déjà écrit ailleurs, depuis quand l'assurance maladie envisage t elle la santé sur le long terme ?

    Sic transit gloria mundi

     

    Docoach