• Balade dans les mémoires d'un vieil interne............

     

     

    "Bonjour Docteur, vous vous souvenez de moi? Vous m'avez sauvé la vie"

    Voilà une phrase toujours plaisante à entendre.

    Mais j'ai beau tenter de me remémorer je ne me souvient pas.

    "Si, si, souvenez vous Docteur, j'étais venu avec deux amis à moi qui me soutenaient. J'ai faillit mourir sur la table d'examen."

    Alors là, un éclair de mémoire jaillit, et tous le souvenirs de cet épisode de ma vie reviennent en masse.

    Je vais tâcher de vous les conter au mieux.

     

    Nous sommes une aprés midi d'été. Les consultations ne sont ni pleines, ni parcemées, juste en flux continu.

    Je ne suis plus l'interne mais le toubib du cabinet.

    vers 15 heures environ, 3 hommes entrent, et l'un d'eux, alors que je suis en consultation, frappe à la porte des consultations.

    J'ouvre.

    "Bonjour Dr, notre ami est malade, auriez vous le temps de vous en occuper?".

    "Bien sûr-dis je, asseyez vous en salle d'attente, je termine ma consultation et ce sera à vous."

    Je termine effectivement ma consultation, accompagne le patient précédent à la sortie, et passe rapidement aux "commodités" (les chiottes quoi), pour soulager un besoin naturel. 

    Là, je suis surpris, et inquiet. La cuvette des WC est pleine de sang.

    Je sort des toilettes, me dirige vers la salle d'attente, et je découvre, tout seul, au milieu des chaises, une personne à moitié évanouie, étendue sur le sol.

    Rapidement je la sort de sa semi conscience. "mes amis sont sortis fumer quelques temps" me dit il.

    Le bonhomme est lourd physiquement. Je crie à travers les murs "au secours" assez fort pour que ses deux copains viennent me donner un coup de main pour le transporter sur la table d'examen dans la salle de consultation.

    Ce qu'ils font à toute vitesse.

    A trois, c'est plutôt rapide de soulever un autre homme.

    Je l'installe, vérifie ses constantes: La Tension Artérielle est à 5 de pression systolique. Des signes d'hemorragies internes sont visibles. Et en dessous de 6 de pression systolique, les reins ne sont plus perfusés. La situation est grave, mais notre malade n'est ni inquiet, ni n'a mal. Il a une toute confiance dans mes compétences, pendant que moi, j'ai peur pour sa vie !

    La suite est assez rapide malgré tout, car mes reflexes, le bon sens, et la bonne étoile de ce brave homme travaillent de concert pour lui. 

    En effet les équipes du SAMU sont débordées et aucune ne peut venir.

    Je conditionne le patient, lui fait une perfusion pour maintenir une volémie suffisante pour le maintenir en vie, et une ambulance des pompiers arrivent. ILs ont étés avertis par le médecin régulateur du samu, et apportent avec eux une coque spécialement conçue pour empêcher toute manipulation qui pourrait majorer l'hemorragie interne durant les déplacements du malade.

    Le patient me quitte alors en me regardant dans les yeux, et en souriant, d'une manière aussi rassurée que si c'était lui le soignant. Et pourtant moi, je ne le suis pas, rassuré !!

    Toute cette histoire aura duré une heure et demi. Les malades se sont agglutinés dans la salle d'attente. Les sirènes et tout le ramdam des pompiers leur font comprendre que je gère une urgence VITALE. Aucun ne râlera et chacun attendra gentiment son tour, malgré le retard !

     

    Aux urgences, seuls les examens complémentaires permettront de mettre en évidence..........une thrombose portale!! Une rareté nosologique, qui peut facilement tuer n'importe qui!

    Mais ainsi ne sera t il pas!

    le patient restera hospitalisé 3 semaines en réanimation. un mois en convalescence. et huit mois après, en passant, viendra me serrer la pogne.

    Voilà une des journées de ma vie professionnelle comme on les oublie parfois, et comme on ne peux les oublier parfois......

     

    Docoach

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :