• De l'administration au soignant, et de la sarcopénie au Béri-Béri, du Scorbut dans les maisons de retraite.....

     

    C'est toujours remarquable de constater la façon dont se concentre l'esprit scientifique de la communauté d'"autorité".

    Grosso modo: un signe, une maladie, un syndrôme.

    Un de mes vieux et défunts Maître, avait coutume de me dire:

    "Jp, tu sais, on peux très bien avoir la vérole et tenir au bureau de tabac"...

    Ci dessous, deux articles sur le Béri-Béri, une carence en vitamine B1.

    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25072547

    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8465380

    Aucun lien apparent avec les maisons de retraite. Et pourtant......

    En tout cas, le problème des carences en vitamine B1, serait il lié avec la sarcopènie ? ou bien, la sarcopénie serait elle en fait simplement un symptôme de carence (dont l'une pourrait être la Thiamine (vitamine B1)? J'ai vu beaucoup de patients âgés, avec des muscles atrophiés, pour lesquels le diagnostic était posé: sarcopénie liée à l'âge. A t on tenté une supplémentation en vitamine B1 ? Non. A-t-on dosé la vitamine B1? pas davantage.

    Comment les apports vitaminiques sont ils gérés dans les collectivités des maisons de retraite?

    Par la cuisine du service hôtelier de l'établissement. Autrement dit, l'administration est aussi soignante, sinon davantage, que le personnel "soignant" plus officiel (infirmiers, medecins, etc...)

    L'article ci dessous est édifiant, même s'il concerne davantage le Scorbut (carence en vitamine C).

    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/3984001

    Vous noterez que les apports journaliers recommandés sont en dessous des doses des supplémentations pour la plupart des vitamines. Pourquoi ? car les normes sont, pour la plupart, incertaines. Et que toutes les vitamines, en dehors de la vitamine A et D, ne nuisent pas en quantité largement supérieure aux AJR. (lire à ce propos "Equilibre psychobiologiques et oligo aliments" ).

    En ce qui concerne la vitamine C (dont la carence entraîne le scorbut), il semblerait, d'après mon expérience professionnelle et personnelle, que les valeurs des apports journaliers recommandés, soient simplement ceux qui précèdent l'apparition des signes de carence. Supplémenter largement au dessus, loin de nuire, est salutaire.

     

    Le soignant, au sein d'une collectivité est dont partout. Et la responsabilité de la santé d'une personne âgée (ou plus jeune) est largement partagée par les services hôteliers de restauration et les services économiques, qui  peuvent être clairement maltraitants. 

    De quoi alimenter les débats.......à défaut de bien alimenter nos séniors dans leurs résidence aux prix de journée parfois très élevés, et nos enfants dans leurs crèches ou écoles.........parfois plus dangereuses que la rue.......

    Alea Jacta Est

     

    Docoach

     

    « Balade dans les mémoires d'un vieux médecinDe la formation des étudiants en médecine..... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :