• FIBROMYALGIE

     

    Ci dessous un témoignage anonyme au sujet de ce fléau actuel......

     

    "il y a environ une trentaine d'année, je démarrai dans la vie avec toute la "panoplie" des symptômes de la fibromyalgie.

    Je ne le savais pas , à l'époque, bien entendu.

    J'avais simplement des douleurs musculaires, comme qui dirait "toujours ma au c.l ou à la hanche", un sommeil rarement réparateur, et une fâcheuse tendance à me fatiguer bien plus rapidement que la moyenne.

    Je n'ai pas été diagnostiqué quoi que ce soit.

    J'ai enduré.

    Je me suis replié sur moi même, petit à petit, insidieusement. 

    Ne pas être reconnu est difficile, mais on s'y fait à la longue.

    Je me suis adapté, j'ai adapté à la fois mon activité et mes relations, ainsi que ma profession.

    Chemin délicat, parsemé de peines, qui jamais ne sont reconnues.

    J'ai eu la chance de me confier à des médecins Homéopathes. Ces derniers ayant toujours une capacité d'écoute qui se complète avec une recherche active de remèdes adaptés, sans avoir un diagnostique "nosologique"préçis, comme ils disent, les autres médecins conventionnels........

    Car des médecins conventionnels, très rapidement, j'ai cessé d'en consulter. Après s'être rué sur une batterie d'examen, ils recommencent le même cirque si elle s'était avérée négative. Or, en ce qui concerne la Fibromyalgie, autant dire que chercher le bon examen, c'est comme chercher une aiguille dans une motte de foin. On peut toujours chercher. Mais pendant ce temps le malade souffre, et on lui propose, faute de mieux, des cures de corticoïdes, des antidepresseurs, voire des neuroleptiques, des fois qu'on soit déclaré "trouble psychique déficitaire" ou autre méprisant "cadre nosologique" si apprécié des "psychiatres".....

    En fait , encore aujourd'hui, j'ai du mal à avouer que je souffre de fibromyalgie. Comme évoquait Coluche, il y a des diagnostics qui font "mieux" que d'autres.

    La Fibromyalgie n'est pas encore complètement reconnue, et c'est rien de le dire.......Certains même profitent de ce "créneau" pour obtenir une prise en charge par la CPAM, alors que la Fibromyalgie, en tant que telle, n'est pas reconnue et n'ouvre à aucune aide gratuite......

    Mais ce n'est rien en comparaison de la souffrance. 

    Certains trouvent refuge dans différentes médecines parallèles. Il faut dire que , souvent, la capacité d'écoute des professionnels non médecins, est bien plus appréciable. Car, mis à part votre médecin, qui comprends et écoute sans juger, vous pouvez toujours chercher une  ombre de compréhension chez un de ses collègues. Au pire, il vous poussera vers la sortie avec LE médicament de sa spécialité (l'antidepresseur s'il est Psychiatre, la cortisone s'il est Rhumatologue, l'antibiotique s'il est Infectiologue, en caricaturant à peine.....), et au mieux, il vous confiera au Centre Anti-Douleur. Les professionnels de ce dernier sont d'ailleurs plein de bonne volonté, mais, hélas, n'ont qu'un arsenal souvent trop limité pour prendre en charge les douleurs dont souffre un "Fibromyalgique".

    Que rajouter ?

    J'ignore encore-d'ailleurs qui le sait?- quelle est l'origine de ce trouble, et s'il s'agit vraiment d'une maladie "à part", ou bien d'un état pathologique transitoire, une sorte d'expression pathologique passagère, une forme de résistance du corps, avant le "cancer" ou la "maladie auto immune", qu'on arrivera à diagnostiquer seulement dans une dizaine ou vingtaine d'années.

    Tout ce que je sais , c'est qu'on souffre, le plus souvent en silence, et que si on s'en tiend aux solutions "classiques", on boulotte antalgiques, anti inflammatoires, morphiniques, voire anti dépresseurs, somnifères et autres psychotropes...."

     

    J'ai eu à soigner quelques sujets souffrant de Fibromyalgie .

    Je suis persuadé qu'on en laisse passer un bon nombre.

    Il faut dire aussi qu'on a toujours la pétoche de passer à côté d'une maladie "reconnue", mais parfois qui demande du temps avant de la reconnaître....

    J'ai quelques souvenirs de patients diagnostiqués "hypocondriaques" pendant quelques années, avant qu'on leur trouve une tumeur ou une sclérose en plaques, ou autre "joyeuserie" du même nom. Il faut dire qu'on peut être hypocondriaque ET avoir le cancer, tout comme "on peut tenir un bureau de tabac et avoir la vérole", comme me répétait souvent mon défunt Maître en Cardiologie, Paix à son âme.

    Il est clair que les moyens d'investigation actuels, la pression d'obligation de moyens dans une société qui monte en puissance technologique au détriment du bon sens élémentaire, dirigent les pas des médecins de formation scientifique vers du "concret", du "réel", de l'"objectif", et que la montée en masse des simulateurs et professionnel des aides sociales pour le profit personnel ou communautaire encourage un climat de méfiance entre médecins devenus policiers, et manipulateurs sans vergognes dont l'huile de coude fait défaut, sauf pour "entuber le système". Une vieille revanche, sans doute, d'un peuple qui se sent trahi, et qui l'est peut être plus qu'il ne le pense......?

    Mais dans le lot, il y a des gens qui souffrent réellement. Et qui ne sont pas des voyous, loin de là.

    L'Homéopathie caractérise la douleurs par dizaines et dizaines de sensations. Dans le lot, on trouve souvent certains remèdes qui peuvent soulager. Il faut de l'écoute et du temps.

    En parallèle, on ne peut s'empêcher de se poser des questions: pourquoi ces maladies montent elles en masse?

    Comment se fait il que l'espèce Humaine s'affaiblisse autant ces deux derniers siècles?

    Je fait ici un remarque toute personnelle:

    -je me demande vraiment, lorsque je visite un Musée, et que je vois les armures des guerriers de l'époque, ou encore les instruments agraires des siècles passés, QUI étaient les colosses qui furent nos ancêtres ?

    Et comment se fait il que nous soyons si FAIBLES, en comparaison........

    Le Progrès?

    Ah, j'oubliais, de nos jours,  il y a la Convention Médicale qui nous sauvera toutes et tous..............