• L'école en danger ou les dangers de l'école......

     

    Je connais la Méthode décrite dans cette vidéo depuis pas mal d'années. J'ai pû observer des enfants issues de cette forme d'éducation-enseignement, au cours de mes consultations. Je ne veux pas y faire là une publicité. Je n'ai spécialement rien à y gagner. Mais lorsque je constate que le ciel est bleu, je ne m'évertue pas à dire qu'il est noir. Ainsi, j'ai observé des enfants, issus de cet approche de l'Education, plutôt "biens dans leurs baskets". Je ne parle pas des adolescents, car, d'une part les écoles qui dispensent la technique Montessori chez les adolescents sont assez rares en France et que je n'ai pas eu l'occasion d'en voir, par conséquent, évoluer à cette période de leur vie. J'ai donc plutôt une expérience d'enfants que d'ado. Ce que je peux dire, mon témoignage de Médecin, c'est qu'ils présentent une sorte d'équilibre qu'on retrouve rarement chez ceux qui passent par les filières "classiques".

    Je suis moi même issu de scolarité classique. Très tôt, mais surtout au collège, il a fallut que je bride mon intelligence, et que je pourrisse un peu mes examens, mes études et mes notes. Pourquoi?

    Primo, car en tant qu'étranger, le racisme, plus de trente ans en arrière, était clairement présent. "Sale Arménien", ou autres colibets du même acabit égrainaient mes intercours, voire même pendant les récréations, si j'avais le malheur de me mélanger à certains des Autochtones dans leurs jeux. Et alors, lorsqu'au décours des mes examens, mes notes dépassaient ou égalaient celles des têtes de classes, il fallait que je m'attende à des sévices après les cours. Et comme, à un contre un, j'avais le dessus le plus souvent (je dis le plus souvent car j'ai été vaincu aussi à un contre un! on n'a pas forcément les muscles de Popeye à cet âge. Et puis , perso, moi j'allais à l'école pour apprendre, naïf que j'étais.....), comme j'avais le dessus le plus souvent à un contre un-disais-je- je devais essuyer les coups de deux camarades en même temps. Or, j'étais bon élève, et mes bonnes notes en témoignaient sans doute trop, alors j'ai vite compris que ma survie physique ne pourrait pas se faire qu'à la seule force de mes poings.

    Deuxio, à la maison, notre foyer était brisé, et la dernière chose que je souhaitai , c'était apporter encore plus de complications à une situation déjà bien trop compliquée et pénible. Donc, il fallait bien établir une stratégie: ne pas passer pour un trop "benêt", et ne pas non plus être le "premier de la classe" (souvenez vous de ce que disait déjà Coluche des premiers de la classe. Alors en plus s'il s'agissait d'un étranger!). Brider son intelligence et sa créativité, faire deux ou trois "conneries de mon âge" histoire d'être dans la moyenne de la classe à ce niveau devenaient les options les plus pertinentes que je trouvai. La marge de manoeuvre était restreinte.  Et motus sur le racisme à l'école lorsque je rentrai à la maison. C'était déjà assez humiliant comme ça, il ne fallait surtout pas en rajouter une couche pour mêler les "grandes personnes" là-dedans, ce qui aurait achevé le travail de sape démarré par les moins nuls de la classe par jalousie, et par les plus minables pour le fun ! 

    Bref, tout ça décrit de manière succinte, non pas pour "faire pleurer dans les chaumières", mais pour montrer que toute cette énergie mentale et physique déployée clairement à la survie (à notre époque les couteaux ne rentraient pas dans les écoles, mais les cutter, oui....) aurait pû être certainement plus judicieusement employée à étudier, ce qui était finalement le but premier  voire même la vocation de l'Ecole avec un grand "E"......Etais-je donc au bon endroit?

    Alors, aujourd'hui, et après toutes ces années  depuis que j'ai commencé à consulter des patients, je peux dire que des gamins, pré-ado ou ado, j'en ai vu débouler un paquet. Dépressifs et phobiques pour la plupart, ou renfermés, caractériels, délinquants et toxicomanes pour certains autres. Mais quelle est donc l'origine de ces pathologie et quel est le creuset de ces déviances ? Faut il voir là l'oeuvre malsaine d'une Ecole profondément Malade, et désormais inapte à former des jeunes femmes et des jeunes hommes assez biens dans leur peau et dans leur tête pour pouvoir prendre du plaisir à apprendre et ne pas souffrir en silence de l'angoisse voire de la peur panique d'"aller à l'école"..........? Franchement, il y a de quoi se poser des questions........

    Croyez vous que seuls les enfants scolarisés soient mal à l'aise ? que nenni! il ne se passe guère plus d'un mois sans que consulte un Enseignant, en proie à une sorte de "burn-out" qui est le fruit de longs mois, longues années de souffrance personnelle et professionnelle. Peu sont ceux/celles qui y échappent. Ou alors, il faut rester dans l'expérimental, autrement dit à distance des classes, à distance des élèves. Mais immergé dans la "classe", l'ambiance est nocive pour tout le monde, et les parents ne comprennent plus rien.Même les directeurs, envoûtés par l'application de règles administratives, absurdes aujourd'hui compte tenu du contexte, tentent de faire preuve d'une autorité factice, aveugle, et inefficace........Le système entier est la proie d'une putréfaction sournoise, incidieuse mais clairement visible aujourd'hui, et dont les victimes sont toutes celles et tous ceux qui mettent un pied dans ces locaux qu'on appelle encore aujourd'hui.......l'Ecole !

    Montessori avait sans doute anticipé cet écueil, en mettant l'accent sur l'Individu avant le collectif, le progrès personnel et la satisfaction voire la joie d'apprendre pour soi au profit de la compétition, et l'entraînement progressif à l'auto-discipline au profit de l'autorité angoissante et péremptoire du gendarme-enseignant (dont l'époque également est révolue, sans regrets, mais sans progrès pour autant, jugez vous même...). Je pense aussi que la technique emprunte beaucoup à l'harmonisation, ou au moins au fonctionnement égal des deux hémisphères cérébraux, entraînant l'enfant à associer en permanence, mais à son rythme et selon les sens qui lui sont le plus personnels, les abstractions au concret, et vice versa. C'est un travail énorme d'avoir développé toutes ces techniques pour mettre à disposition un éventail de méthodes qui conviennent à chacun, et non un système unique d'éducation qui s'impose à tous.

    En Auriculothérapie , nous sommes très sensibles aux troubles de fonctionnement d'un hémisphère cérébral au profit d'un autre. Il est fréquent de dépister des troubles de la thymie par ce déséquilibre, ou encore des authentiques syndromes depressifs, troubles du sommeil profond et paradoxal, mais on le trouve systématiquement également dans les maladies immunitaires , et chez les personnes qui consomment des psychotropes de manière continue. Il est fort probable que les enfants "scolarisés de manière classique , présentent des déséquilibres de plus en plus tôt au cours de la vie, et ceci pour au moins deux raisons selon moi. La première est que la situation dans les écoles classiques ne fait qu'empirer. Aux colibets de ma jeunesse se sont substitué des actes de torture psychologiques et physiques, lorsqu'il ne s'agit pas d'homicides. La deuxième est la sur-solliciation du système immunitaire par la vaccination à moult valences. Cette dernière mesure ne peut pas passer sans nuire au système immunitaire. Les conséquences sur la santé physique ET mentales sont trop importantes pour qu'on accepte docilement cette absurdité. Une de trop. Mais pas la seule.

    Comme me confiait un patient il y a peu:  "former un peuple entier de gens perspicaces, critiques, brillants et solidaires?!!! Ça va pas non?!!!ce n’est pas le but, loin de là, de ceux qui nous dirigent"

    Et nous sommes encore dans le pays des Droits de l'Homme et du Citoyen, où l'ignorance (en terme d'Education) est encore importante. Les voies alternatives existent, mais il faut bien se renseigner avant d'engager son enfant. Et il faut, pour ça, être au moins deux à s'entendre sur le sujet. Ce dernier point est encore aussi rare qu'un oranger sur le sol Irlandais......

     

    Docoach

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :