• L'EPAULE, CETTE MECONNUE

     

    On parle souvent de l'épaule et de "ses" spécialistes.

    Ces derniers n'étant souvent que des techniciens (très compétent d'ailleurs) du remplacement tendineux, ligamentaire, et /ou osseux.

    Leur niveau de compétence s'arrête à leur niveau de compréhension, lui même limité par l'usage habituel de l'articulation dans ses gestes de la vie quotidienne.

    Ce qui est déjà pas mal.

    Mais insuffisant.

    Dans mon expérience, certains Kinésithérapeutes ou autres Réeducateurs en connaissent plus long pour la réhabilitation, en pratique, sans passer par le bistouri.

    Par ailleurs, l'éclairage biomécanique issu d'années de pratique physique au poids de corps permettent de voir des synergies musculaires complètement inattendues.

    L'exemple que je trouve pour éclairer mon propos étant celui de la chaîne musculaire issue des muscles pelvi trochantériens, du transverse de l'abdomen (très important pour la santé de l'épaule, aussi inattendu que cela paraîsse), des muscles erecteurs du rachis, de la "ceinture scapulaire" au sens large, englobant les muscles "de la coiffe" (le concept lui même de la "coiffe des rotateurs" est incompatible avec la vision globale qu'on devrait avoir ).

    A ceci s'ajoute la grande diversité des morphotypes, eux mêmes empreints, au cours de la vie, de phénomènes de "spécialisation musculaire" qui déséquilibrent certaines chaînes au profit d'autres, et vice versa (comme diraient si bien Les Inconnus).

    Par expérience, les "reins solides" permettent le support indispensable à la construction d'épaules saines et vigoureuses.

    Sans cette base solide, il est vain d'essayer d'aller au delà de ce que l'articulation de l'épaule, isolée du reste du corps, peux donner.

    Cela peux paraître un lieu commun, mais l'investissement le plus important que vous avez à faire, c'est de vous occuper, avant tout autre chose, de la santé de votre dos. Du coccys jusqu'au vertex!

    Il n'y a d'ailleurs pas de "dos", ni d'"épaule" au sens strict.

    Il n'y a qu'un corps global, qu'il faut envisager dans son ensemble, si on veux obtenir des résultats sains sur le long terme.

    Dire que ce muscle pectoral est responsable, ou que ce grand rond est responsable, ou que ce sous épineux doit être renforcé, n'est une solution plus intellectuelle que pratique sur le long terme.

    Le muscle transverse de l'abdomen n'est presque jamais engagé dans un programme de réeducation "classique". Même la mode du "gainage", si populaire actuellement, se fourvoie dans sa tentative de renforcement ou de réhabilitation. Le muscle transverse de l'abdomen est un peu comme un tuyau distendu chez nombreux de nos contemporains. Tentez de le contracter par du "gainage" est une absurdité sur le plan de la physiologie musculaire. En tout cas pas au début. Un muscle distendu est le plus difficile à ré-habiliter, surtout si on l'isole lorsqu'on cherche à le faire travailler. En fait, il fait partie d'un tout, d'une chaîne, dont il est souvent le maillon faible. C'est en entraînant la chaîne dans un mouvement dynamique, qu'on va "réveiller" ce maillon si faible. Les techniques de "gainage" ne devraient venir seulement qu'après que la "tension en étirement" ait été "retrouvé" par le corps.

    Sur cette base se renforcent , à leur rythme propre, qui est si différent d'un corps à un autres, les muscles des autres chaînes, dont ceux de l'épaule.

    Je suis persuadé que les échecs médicaux habituels de compréhension et de soin de l'épaule sont liés, depuis plus d'un siècle, à la méconnaissance de la globalité du corps. Même le concept des "chaînes" n'est qu'une tentative intellectuelle d'expliquer une complexité qui nous échappe, en pratique, tant qu'on ne respecte pas l'unité bio-mécanique du corps.

    Bon, assez avec la théorie.

    Maintenant, au boulot, en pratique!

    Docoach