• Les boulettes de la pandémie (suite)

    Sur la stratégie vaccinale définie par l’HAS en novembre 2020, fait amusant, que vous pourrez vérifiez par vous même ici, c'est qu'il n'y a pas de comité d'éthique concernant les phases 3 et 4 de la surveillance des effets secondaires du vaccin en cours de développement.

    L'HAS a mis en place ses propres phases de vaccination, se basant sur la sécurité relative des études de phase 1, et semble abandonner la surveillance des phases 3 et 4 à l’ANSM.

    Elle est partie de la sécurité vantée par les industriels dont l’honnêteté est plus que douteuse1 sur les premiers essais. A partir de là, la surveillance des effets indésirables des vaccins ne semblent plus au programme.

    Les boulettes de la pandémie (suite)

    Elle s’appuie, en novembre 2020, sur un arguement tautologique2.

     

    Les boulettes de la pandémie (suite)

    La contagiosité n'est pas au programme non plus des critères d'efficacité vaccinale à ce stade héhéhé. 

    Les boulettes de la pandémie (suite)

    Par un mode de raisonnement absurde, elle associe un constat et un postulat :

    Les boulettes de la pandémie (suite)

    En effet, la phrase est correcte jusqu’à « covid 19 ». Ainsi, en novembre, on a constaté, effectivement, que les personnes âgées et plus, polypathologiques, sont plus fragiles3. OK.

    Mais après « covid 19 »-je cite « ET qu’elles doivent » - : il n'y a pas de lien de cause à effet muahahhaha! c'est un postulat qui n’a rien de factuel, n’est basé sur aucune données ni expérience actuelle, ni aucune démonstration4 .

    Un peu comme si je vous disais: " on a bien vu que la pluie mouille, et que, par conséquent, il faut que tu vote républicain".

    LOOOOOOOL

    Bon, voilà un petit florilèges de "boulettes". 

    Revenons sur terre. Prochain post, je vous parlerai du recueil des effets secondaires du vaccin J&J, pour lequel l'ANSM a émis une nouvelle alerte. 

    Docoach

    1-Astrazeneca, depuis 2010, malgré sa condamnation, continue à tirer bénéfice de la vente (contre remboursement “social”, notamment en France), d’une molécule pour laquelle les études avaient été falsifiées. La Quétiapine se prescrit “à la louche”, générant d’authentiques troubles hallucinatoires (qu’il serait censé soigner), et une pharmacodépendance.

    -Johnson&Johnson, nous connaissons toutes et tous: “le petit Marseillais”, c’est lui, entre autres produits de consommation. Ce que nous connaissons moins, c’est son rôle dans la corruption à la prescription (et au remboursement en France), d’une molécule désormais “institutionnalisée” dans le monde de la psychiatrie, de la pédo psychiatrie et de la géronto-psychiatrie (tous les âges y passent): la Risperidone.

     -Pfizer, enfin,condamné à 4 billions de dollars pour....A 4 million de dollars pour....et à 430 millions de dollars pour....

    1-Promotion illégale de 4 drogues dont...la prégabaline (Lyrica) 2-Essai in vivo de Trovafloxacine chez des Nigériens( 1996!)3-pour promotion illégale du Neurontin dans des indications abusives (douleurs chroniques, migraines et simples céphalées

     

    2 On voit difficilement, en effet, comment pouvoir avoir des données sur une vaccination de masse qui n’a pas encore débutée…..

    3 Ce qui en soit, est une révélation depuis Hippocrate…..

    4 Et encore moins en novembre 2020, date de cette publication officielle.

    « Qu'y a-t-il derrière le malaise de la deuxième dose du vaccin covid ?Suivi des Effets indésirables des vaccins covid »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :