• MEDITATION 5

    MEDITATION

    OPUS 5

    Conclusion ?

     

     

    Nous voici arrivés au terme de cette série sur la Méditation.

    Vous aurez, j'espère acquis les bases théoriques concernant les différentes approches de la méditation, sans pour autant qu'elles soient exhaustives, bien entendu.

    Vous aurez pû vous familiariser rapidement avec les bases neurophysiologiques concernant sa technique. Ou ses techniques selon les courants, selon les approches.

    Maintenant il faut pratiquer, et vous ne savez pas par où commencer. Vous allez, comme tout le monde, vous adresser à un « pro ».

     

    A vrai dire, c'est là que va être délicat votre orientation, même si vous avez bien mis au point, avec vous même, le « pourquoi je devrai faire de la Méditation ».

     

    Mais, dans tous les cas de figure, même en ayant répondu avec le plus grand soin à cette question, vous allez avoir un panel de formateurs et de formations, qui vont vous plonger dans la confusion pour votre choix. C'est voulu. ça fait partie du "buiseness" !

     

    Et si l'offre a si bien explosé ces dernières années, c'est que le marché rapporte.

    En fait, plus la société est morbide, plus les nouvelles « aides » ont un potentiel de gain pour tous les charlatans qui comptent exploiter le filon.

     

    S'il est vrai aussi que, dans le lot, il y a des personnes sincères, plus ou moins bardés de diplômes, j'ai pû constater combien leur formation est lacunaire.

    Et c'est beaucoup trop lacunaire pour apporter une aide sans risque dans ce domaine.

    Au risque de me répéter, la Méditation n'est pas une nouvelle mode, un nouveau sport, ou une nouvelle panacée, et encore moins un soin.

    Même si on peut toujours compter sur un effet placebo lorsqu'on propose une aide un tant soit peu « nouvelle », il y a là, plus qu'ailleurs, un effet nocebo qu'il ne faudrait pas négliger.

     

    C'est pourquoi la Méditation n'est pas une panacée, ni un soin à mes yeux. Qu'elle soit une bonne affaire pour les caisses de la sécu, ou pour celles des « gugusses du New Age », il y a une bonne dose d'ésotérisme qu'il faut se taper et digérer avant de comprendre que ce même ésotérisme est à la Méditation ce que la saucisse est à la choucroute, ou le sel à l'eau.

    Les deux sont intimement liés, et manier l'un sans l'autre, c'est prendre le risque d'un déséquilibre morbide.

    Mais dans le lot, il y a pas mal de "foutage de gueule", il faut bien l'admettre.

     

    Dévoyer la Méditation comme cela est en train de se faire, c'est faire du surf sur la vague commerciale des thérapies alternatives, ce dernier terme me hérissant le poil.

    Il n'y pas d' « alternatif », de « parallèle », s'il vous plaît , cessons de réflechir par dichotomie.

     

    Et prendre le temps de ne rien faire, plutôt que de se jeter dans une forme de méditation comme vous le feriez d'un nouveau sport, « juste pour voir », me paraît de loin le plus sûre!

     

    Car si c'est valable pour le basket ball ou le hockey, c'est un vrai danger mental concernant la Méditation, si on s'adresse à un incompétent dans ce domaine.

     

    Rester à la clope, la bière, et les matchs de foot du week end, finalement, me paraît également moins dangereux que de « méditer » pour le fun, juste « pour essayer ».

     

     

    Et puis, en fait, l'Europe est en bonne voie pour légaliser le cannabis et sans doute d'autres drogues plus « dures » dans les années à venir, alors franchement, pourquoi prendre des risques avec la méditation si vous ne souhaitez simplement que pouvoir planer davantage et rester aveugle et sourd face au marasme économico-social ambiant ?

     

     Ironique ?

     

    ....à méditer!!

    Docoach

    RELIRE

    OPUS 1

    OPUS 2

    OPUS 3

    OPUS 4

    OPUS 5