• onze vaccins obligatoires ? Sérieusement?.....

     

    on nous assomme depuis quelques temps de ces 11 obligations vaccinales.

    Il faut tout de même resituer le contexte:

    nous sommes en France, le pays des droits de  l'Homme et du Citoyen.

    Un homme politique qui voterait pour l'application d'une obligation de ce genre serait vraiment en dehors de toute conscience de responsabilité de la santé du citoyen. Je ne veux pas croire que nous (vous) ayons élu des représentants de ce genre.

    Soyons sérieux: "les antibiotiques, ce n'est pas automatique", est une formule aussi pertinente que "la vaccination ce n'est pas une obligation".

    On présente souvent les vagues d'immigration (suite aux massacres, par exemple, en Syrie, hélas, ces dernières années.....) comme étant des évènements propices à la propagation des maladies de manque d'hygiène, comme le tétanos, la diphtérie, ou la polyomyélite, par exemple, pour ne citer qu'elles. Grosso modo, on saute rapido sur une solution de facilité, de rapidité, de "bonne conscience". On a injecté la panacée anti-maladie. On peut s'occuper de l'hygiène des ces migrants plus tard....bien plus tard. Après tout, ils vivent dans la rue en attendant mieux, et, préçisément, en attendant, au moins, on leur aura permis d'éviter de tomber malade du tétanos, de la polyo, de la diphtérie. Tout est règlé, et ils ne propageront plus ces vieux fléaux à travers le pays qui les accueille. Ils peuvent donc continuer à coucher dehors, sans l'hygiène de base, à elle seule, propre-sans jeu de mots-à éviter le béri béri, le pellagre, le scorbut , bref, toute forme de réduction de l'immunité par des conditions de vie déplorables. Non, tout va bien Madame la Marquise, au moins la population migrante est vaccinée. A la rue, faisant la manche, carencée, immuno-incompétente, mais vaccinée.

    Quand il ne s'agit pas des migrants, on présente la nécessité de vacciner devant les épidémies croissantes de papilloma, d'haemophilus, de méningocoque, d'hépatite B, de rougeole, d'oreillons, de rubéole, de coqueluche qui submergent le pays. Un pays "moderne", civilisé, au sommet du progrès technologique et scientifique. A voir cette peur des épidémies dans un pays si perfectionné, on est en droit de se poser la question légitime de la pertinence du mot "progrès" attribué à la science en général, et à la médecine en particulier. Cela n'étonne pourtant personne que le nombre des handicaps physiques ou mentaux croissent avec ce progrès! Personnellement, il me semble qu'on devrait constater l'inverse, non?

    Pourquoi le système immunitaire de nous autres, "civilisés", seraient si déficient, dès la naissance, dans ce monde pourtant au sommet de la connaissance !

    Je crois que pour comprendre une partie du problème -et je dis bien une partie, car je ne prétends pas détenir LA vérité, à l'inverse des "acharnés des vaccins" qui pensent que c'est une "solution finale"- il faut avoir un vécu de médecin à domicile. Il faut avoir été chez nos contemporains, toute classe sociale confondue. L'hygiène physique autant que morale, nécessaire à une immunité naturelle suffisante, est loin d'être générale. Croyez moi sur parole. J'ai vu des situations sociales que Zola lui même décrivait à son époque. Et lorsque le matériel est stérilisé au mieux, souvent le chaos moral le remplace malicieusement. Mais ça, personne n'en parle. Personne ne le sait. Et celles/ceux qui l'ont vu n'ont que peu de moyen de changer les choses. Ce sont nos représentants qui devraient venir partager nos visites à domicile, et apprécier, de leurs yeux, l'étendue du "progrès", qu'il soit social, scientifique, ou technologique.

    Dans ces conditions, la vaccination, qui sur le principe reste un moyen pertinent de stimuler l'immunité à condition de la maîtriser,  pourrait être resituée dans un contexte socio-économico-politique, comme une thérapie de dernier recours, et non plus de "cache-misère" (au sens large....)

    Docoach

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :