• Pourquoi l'Homéopathie .......?

    RETOUR PAGE D'ACCUEIL

     

     

    Parce que, correctement employée.....ça marche !!!

    Depuis cinq ans je pratique l'emploi des traitements Homéopathiques de fond: bien conduits, ils ont permis de sortir de l'impasse moult patients : toujours des malades qui venaient me voir parce qu'ils avaient eu recours à moult spécialistes divers et variés, avec des succès soit nuls, soit insuffisants, soit n'évitant pas les récidives chroniques.

    Je ne compte plus les problèmes chroniques de peau, pour qui l'usage conjoint de l'homéopathie et de l'allopathie ont permis une guérison plus douce et durable. Car jamais je ne jetterai l'allopathie aux orties.

    Elle a son importance, et il faut y avoir recours lorsqu'on ne peut pas faire autrement.

    L'apport de l'Homéopathie dans ce dernier cas, lorsqu'il s'agit de soigner le terrain, est irremplaçable.

    Je ne compte plus non plus les patients que j'ai pû accompagner dans leur sevrage aux antidépresseurs et aux anxyolytiques.

    Je ne compte plus non plus ceux chez qui nous avons pû venir à bout de douleurs rhumatismales chroniques et chez qui l'emploi des anti inflammatoires devenaient contre indiqués.

    Je pourrai vous parler aussi des problèmes de diarrhées chroniques échappant à tout diagnostique nosologique, ou de cystites récidivantes et épuisantes, dont on a pû venir à bout, non pas « simplement » grace à l'Homéopathie, mais par une consultation Homéopathique digne de ce nom.

    Car l'intérêt de prendre une heure de consultation, en recherchant à comprendre le terrain et à le soigner, notamment par Homéopathie, est aussi celui de conseiller de la nutrition adaptée à chaque cas et au moment particulier de la vie du malade. Conseiller des « règles » de vie qui finissent par nous paraître évident par l'analyse de la constitution, et du mode de réaction de chacun.

    C'est vraiment faire de chaque cas ce qu'il est réellement : un cas unique.

    Je pourrai continuer longtemps, et vous parler des soins Homéopathiques complémentaires lors des chimiothérapies ou radiothérapies pour cancer, ou encore de l'apport de l'Homéopathie dans la prise en charge des interventions chirurgicales. Il faut avoir expérimenté pour pouvoir en parler et reconnaître leur valeur....

    Je préfère m'arrêter là et exposer rapidement mon parcours professionnel.

     

    Mon parcours est simple :

    J'ai pratiqué la Médecine Générale pendant des années.

    Au début, il y a de ça 10ans environ, nous disposions de produits relativement efficaces pour éviter les récidives et pour éviter la chronicité de certains troubles.

    Et puis, non seulement certains produits ont disparus des pharmacies, mais d'autres ont étés dé-remboursés par les caisses d'Assurance Maladie.

    Et puis, j'ai aussi constaté que les troubles chroniques comme les migraines, les problèmes de peau, les troubles du sommeil, les infections urinaires , les mycoses,les troubles articulaires variés, entre autres, avaient tendance à rechuter soit périodiquement, soit, tout simplement à démarrer pour ne plus finir et continuer à évoluer en « bruit de fond ». Ces troubles débutent vers l'adolescence en général, mais parfois dès la naissance, et récidivent, ou perdurent jusqu'à 50,60, ou toute une vie.......

    Un constat navrant qui m'a fait poser des questions : la jeunesse autrefois synonyme de santé prend très franchement le visage d'une maladie chronique.......

     

    Lorsque j'ai découvert l'Homéopathie, comme tous mes Confrères, j'ai fait des tentatives sur les problèmes aigüs. Les résultats étaient du domaine du « tout » ou « rien ». Autrement dit, lorsque ça fonctionnait, ça fonctionnait très bien, et l'inverse était tout aussi vrai. J'ai très vite noté que plus la loi de Similitude était respectée, et plus on avait de chances de réussites.

     

    J'ai aussi consulté énormément de patients pour des rechutes, ou des troubles revenant soit périodiquement, soit, tout bonnement ,persistant « à bas bruit », comme je l'ai dit plus haut.

    Le recours au Spécialiste est de rigueur dans ces cas là, mais, trop souvent, ces malades avaient déjà consultés moult spécialistes, sans succès......

    Alors que faire ? Avant de connaître l'Homéopathie, j'ai insisté sur les règles d'hygiènes de base, sur la dietétique, et sur des règles de vie aussi saines que possible compte tenu de l'individu et de son environnement.

    Les résultats n'étaient pas toujours au rendez vous, mais j'obtenais, tout de même,le plus souvent, un mieux sensible.

    Lorsque j'ai commencé à mettre en route des traitements « de fond » Homéopathique, c'est que je m'étais alors formé sur les particularités individuelles et sur les modes de réaction face aux agressions microbiennes.

    Cette façon d'appréhender le malade m'a permis alors de comprendre comment pouvoir tenter de soigner chaque individu malade de manière différente...et efficace !

    Bien entendu j'ai eu des échecs. Mais les succès ont étés spectaculaires ! Les mots de Samuel Hanemann me reviennent à chaque fois que j'obtiens un succès par l'Homéopathie : « un retour à la santé de manière douce et durable. » C'est exactement ça.

    En relisant son « traité des maladies chroniques », je comprends son enthousiasme !!!

     

    Alors, attention, je ne présente pas l'Homéopathie comme une panacée, pas plus que je ne présente l'antibiothérapie ou la corticothérapie(ou autre allopathie )comme une panacée. N'oublions jamais qu'à une certaine époque, la cocaïne était LA panacée du corps médical (à Vienne notamment.......). Aujourd'hui on l'a considère telle qu'elle doit être considérée : comme une drogue dure.

     

    Mais rejeter les antibiotiques ou la cortisone, ou la morphine,etc....lorsqu'on n'a rien d'autre d'efficace sur le moment, est une absurdité. C'est aussi notre rôle de Médecin de savoir y avoir recours lorsque la situation l'exige.

    Il en va de même pour l'Homéopathie et les maladies chroniques ou « qui durent ».........Les bénéfices qu'on obtiens sont substantiels. Mais encore faut il prendre le temps de bien analyser le cas.

     

    Et la consultation Homéopathique, à moins d'être un praticien Homéopathe depuis 20ans, demande, à mes yeux, et d'après mon expérience, au moins une heure. Ni moins, ni plus.

     

    RETOUR PAGE D'ACCUEIL